Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Cailletier’

L’Afidol communique

« Pour la 1ère fois, les Huiles d’Olive du Midi de la France vont surfer sur les ondes pendant toute la période estivale.

Du 6 juillet au 12 septembre, une campagne radio de 3 spots aux accents du Midi, sera diffusée sur les radios du réseau France Bleu du Grand Sud : France Bleu Provence, France Bleu Azur, France Bleu Vaucluse, France Bleu Gard-Lozère, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Hérault et France Bleu Roussillon (et sur notre site Internet : www.huilesetolives.fr)

Humour et émotion seront au programme pour promouvoir les Huiles d’Olive du Midi de la France et inciter les auditeurs à pousser les portes des moulins de nos régions oléicoles. Un n° vert a été spécialement mis en place pour renseigner les auditeurs sur les moulins & domaines les plus proches : 0800 00 66 13.

N’hésitez pas à en parler autour de vous et essayez de deviner qui est la voix des Huiles d’Olive du Midi de la France ! »

Nous vous rappelons que notre huile d’olive du Domaine des Prés Fleuris a obtenu la médaille d’argent dans la catégorie « Huile de France/fruité mûr » au Concours Général Agricole, Paris, 2010.

Publicités

Read Full Post »

Nos pâtes d’olive Bio sont élaborées à partir d’olives « caillettes » ayant macéré au moins 10 mois dans la saumure, identiques à celles qui ont obtenu cette année la médaille d’or dans la catégorie AOC NICE.

Cette année, nous venons de fabriquer 4 catégories de ce véritable caviar de la Côte d’Azur:

  • La pâte d’olive AOC. Nature, elle est composée uniquement d’olives de Nice de table auxquelles on rajoute un soupçon d’huile d’olive de Nice fraîche.
  • La pâte d’olive aromatisée aux herbes est élaborée à partir d’olives qui ont mariné avec les plantes aromatiques qui poussent dans l’oliveraie: thym, laurier, fenouil sauvage etc…
  • La pâte d’olive au pistou: on rajoute à la pâte nature un pistou « maison », mélange de basilic et ail.
  • La tapenade du Domaine contient 90% de pâte d’olive de Nice à laquelle on rajoute une purée de câpres, anchois et ail.

Nous rappelons que nos pâtes ont plusieurs fois été médaillées Or et Argent au Concours Général Agricole de Paris.
Vous pouvez les commander en ligne sur notre site:
http://www.adolives.com

Read Full Post »

Médaille d'or

Le 23 juillet a eu lieu la remise des prix aux oléiculteurs méritants des Alpes-Maritimes.
La médaille d’or pour les olives de Nice (olives de table conservées en saumure) a été attribuée à Jacqueline Bellino pour les olives bio du Domaine des Prés Fleuris en la présence de M. Charles-Ange Ginésy, Vice-Président du Conseil Général, M. Michel Dessus, Président de la Chambre d’Agriculture des A-M, M. Olivier Nasles, Président de l’AFIDOL (Association Française Interprofessionnelle de l’Olive, et Mme Françoise Camatte, Présidente du SION (Syndicat Interprofessionnel de l’Olive de Nice).
Rappelons que l' »huile d’olive de Nice » 2009 du Domaine des Prés Fleuris a reçu la médaille d’argent du Concours Régional des huiles d’olive de PACA.
Acheter en ligne sur http://www.adolives.com

Read Full Post »

Nissa la Bella

Bien avant palmiers et magnolias, il a colonisé tout le territoire du Pays niçois, depuis la mer, les pieds dans l’eau, jusqu’aux limites du gel, à 700 m d’altitude.
Longtemps il a modelé le paysage, sculptant les terrasses, leur conférant cette douceur argentée scintillant dans l’azur caractéristique des rivages de la Méditerranée.
Il a établi une économie locale florissante sur le commerce de son huile, depuis l’agriculture des profondes vallées jusques au port où les fûts entassés dans une activité fébrile attendaient au soleil le départ vers de lointaines contrées.
En ces temps-là les moulins à huile étaient aussi nombreux que les églises et, pendant que leurs épouses allaient à confesse, les hommes, paysans et commerçants, se vouaient au culte de l’olive, en compagnie de Dionysos, dans la tiédeur acre des moulins, véritables cathédrales construites avec vénération.
Puis la vie a passé, avec ses modes, ses nouveaux engouements, ses contraintes politiques, sociales, économiques et il a dû s’éclipser devant les besoins d’espace de la vigne, de la fleur, ou de l’immobilier.
La Côte d’Azur s’est peu à peu substituée au Pays niçois, au Comté de Nice, pour devenir le lieu de villégiature paradisiaque que nous connaissons aujourd’hui.
Pourtant l’Arbre n’a jamais disparu. Profondément enraciné dans le coeur des hommes, il est  omniprésent malgré sa discrétion. Vous le verrez partout: le long des chemins, autour des maisons, juché sur un rond-point ou trônant à l’entrée d’une école. Saluez le: il est notre mémoire, notre histoire, notre pays. Tendre et rugueux, résistant et vulnérable, tout entier tourné vers la Mare nostrum, comme un lézard au soleil, c’est le cailletier, notre olivier, que nous chérissons tendrement, comme une part de nous mêmes, nous autres, niçois de souche ou d’adoption.

Tout savoir sur le cailletier, ses olives et son huile d’olive: commander notre livret sur:
http://www.adolives.com/catalogue_produits.htm

Voir également:
http://www.adolives.com/location_meublee.htm

Read Full Post »

Récoltée à la fin de l’année 2008, après 5/6 mois passés dans une saumure au sel de mer, dans l’obscurité et la température constante de notre cave, elle est enfin commercialisée. Encore légèrement amère et poivrée, croquante à souhait, elle est le complément indispensable du pastis qu’il fait bon boire sous la tonnelle.

C’est elle qui décore notre salade niçoise et qui relève la pissaladière:

L’olive de Nice, sous appellation contrôlée uniquement, la petite « caillette » de la Côte d’Azur, qui n’a rien à voir avec les « coquillos » usurpatrices que l’on essaie de vous refiler à bas prix, parce qu’elles ne valent rien!

olives_filets20030113 010Chez ADOLIVE, de plus, elle est bio puisque nous la protégeons de la mouche de l’olive par les pièges Dacus Stick.

Elle est rare, n’oubliez pas de passer commande: http://www.adolives.com

Read Full Post »

taille2Lors de nos premiers chantiers, j’ai fait appel, pour former nos employés, à des techniciens de haute compétence. Les gars écoutaient, posaient de nombreuses questions, mais sitôt la semaine de formation écoulée, lorsqu’ils se retrouvaient seuls avec leur sécateur, au pied du tronc, tout devenait confus et très compliqué. J’ai donc entrepris un module de formation que je leur inculquais moi-même en une seule demi-journée, et qui s’adressait à leur cœur plutôt qu’à leur raison.

Je leur apprenais à sentir l’olivier, à le regarder vivre, à le deviner et à le comprendre.

Je leur expliquais que cet arbre est étroitement lié à la Méditerranée et qu’il a un besoin viscéral d’air et de lumière. Lorsqu’on a intégré ces deux mots-clés, l’essentiel est accompli car tout le travail de l’oléiculteur se résume à aider l’olivier à profiter pleinement de ces facteurs vitaux.

La leçon de taille qui suivait était surtout un cours d’amour et j’aurais pu donner les mêmes conseils à une jeune maman ou à un couple de nouveaux mariés.

Je leur disais :

« Chaque olivier est unique et ne ressemble en rien à son voisin. Avant d’intervenir il faut le connaître et le comprendre. Eloignez-vous un peu de lui, prenez du recul, ne pensez pas à ce que vous attendez de lui, oubliez vous, oubliez le travail, ne pensez qu’à lui et cherchez à savoir quels sont ses désirs et ses attentes.

Commencez par les racines. Devinez leur force, leur profondeur, leurs besoins, leurs handicaps, puis faîtes de même avec le tronc, les branches, la ramure, le feuillage. Que cherche-t-il cet arbre, vers où se dirige-t-il, qu’est-ce qui le gêne ? Et enfin, en dernier, demandez-vous : « en quoi puis-je l’aider à évoluer tout en restant lui-même, vers son accomplissement et sa plénitude ? »

Surtout, allez toujours dans le même sens que lui, ne le prenez jamais à rebrousse-branches. Vous n’êtes là que pour l’aider, car il est assez fort pour se passer de vous pendant des siècles. N’essayez pas de le dominer. Ne le contrariez jamais. Il ne vous le pardonnerait pas.

Alors seulement, lorsque vous l’aurez compris et lorsque vous aurez appris à le respecter, vous pourrez penser un peu à vous, à vos propres attentes. Vous pourrez alors seulement raisonner en termes de rapport et de productivité. Ce ne sera plus un objectif personnel à atteindre, éventuellement au détriment de l’autre, mais une aventure commune faite d’amour, de partage et de réciprocité. »

 

L’après-midi du même jour, je les installais chacun devant un arbre, munis d’une scie et d’un sécateur. Longtemps ils hésitaient, avançaient, reculaient, tendaient la main, la retiraient. Certains m’appelaient à la rescousse pour que je les guide dans leur choix. Ils n’osaient pas, l’olivier les intimidait trop. Mais je ne bougeais pas. Je les laissais se familiariser, s’apprivoiser l’un l’autre jusqu’à l’étincelle.

Alors, le sécateur avançait d’une main tremblante, comme s’il craignait d’infliger une douleur insupportable. La main serrait enfin et la brindille de bois sec tombait. D’autres allaient suivre maintenant. C’était gagné. L’union de l’homme et de l’arbre sacré était entamée…

Pour l’amour de l’olivier, Jacqueline Bellino

Read Full Post »

Médaille d'argent

Nos produits ont obtenu plusieurs médailles au Concours Général de Paris et au Concours Régional PACA des huiles d’olive car nous avons choisi d’apporter le plus grand soin à leur élaboration et d’adopter un mode d’exploitation qui privilégie la qualité à la quantité de production.

Nos olives sont cueillies tout au début de leur maturation. C’est le moment où elles révèlent les plus complexes arômes, conférant à l’huile, en début de récolte,  un parfum d’herbe verte fraîchement coupée, de genêt et d’agrumes, l’amertume de l’artichaut cru, l’ardence provoquée par la richesse de ses polyphénols, et ce goût d’amande fraîche encore laiteuse et de noisette, si caractéristique de l’huile d’olive de Nice, pur jus de fruit du cailletier.

Nous les triturons très fraîches afin de limiter l’acidité de l’huile (entre 0,1 et 0,4% selon les années) et d’obtenir un indice de péroxyde qui permette une conservation optimum de toutes ces caractéristiques, dans de bonnes conditions de stockage.

 

Aujourd’hui existe une controverse au sein des producteurs AOC d’huile d’olive de Nice, certains d’entre eux défendant farouchement la typicité traditionnelle, laquelle était particulièrement « douce », pour ne pas dire plate, puisque les olives, dans l’ancien temps, étaient récoltées très mures et que la méthode de trituration employée était souvent, dans les Alpes-Maritimes, la méthode gênoise, au cours de laquelle les polyphénols qui font la richesse de l’huile d’olive, étaient dissous dans l’eau. Cette méthode a été abandonnée (les établissements Alziari sont les seuls connus à la pratiquer encore de nos jours), cependant, même certains moulins modernes, dits « à trois phases » utilisent encore beaucoup d’eau, ce qui « lave » l’huile et l’appauvrit en propriétés et en arômes.

Nous préférons, quittes à être éliminés dans certains concours par les jurys qui prévilégient cette typicité, récolter nos olives tournantes, encore gorgées d’oleuropéine, et utiliser un moulin de type  » deux phases », qui utilise peu d’eau, dans lequel nous recueillons l’huile à la sortie du séparateur, sans centrifugation. L’huile obtenue, encore épaisse et trouble est alors un véritable alicament aux arômes complexes des plus subtils.

 

Huile d'olive de Nice

Huile d'olive de Nice

 

 

Read Full Post »

Older Posts »