Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 20 décembre 2009

Isotta, à gauche, Jacqueline et Manette

Nous nous sommes connues au cours d’une rencontre sur les élections européennes que j’avais organisée au Parc Phénix de Nice. Et nous sommes devenues amies, avec Manette Ogier, alors déléguée departementale au Droit des Femmes, qui s’est révélée ce jour là être sa voisine, tout près de la Promenade des Anglais, à l’Ouest de Nice. Une amitié est née alors qui a perduré jusqu’à ce jour.

Isotta était une femme remarquable, comme il en existe beaucoup à l’ombre des scènes politiques, bien qu’actives et efficaces sur le terrain. Femme de contacts, de relations publiques, elle savait rassembler ce qui est épars et mettre en contact des personnes poursuivant des buts similaires qui se seraient toujours ignorées sans son intervention.

Elle était belle et étonnamment jeune, du haut de ses 82 ans que nul n’aurait soupçonnés car elle était avant tout : vie, combat, lutte infatigable pour un monde plus équitable, comme l’indiquait son prénom si bien porté.

Jeune résistante au cours de la dernière guerre, puis militante communiste, journaliste au Corriere della serra, elle était encore Secrétaire générale du Club de la presse de Milan et Coordinatrice du réseau européen de femmes journalistes. Elle continuait, entre autre, à organiser chaque année le festival du film de femmes de Milan et du film sur la Résistance, à Nice.

J’ai eu la chance de travailler avec elle, en participant comme intervenante à des colloques qu’elle organisait sur le rôle des femmes dans le développement rural, à Naples, à Matera et à Cagliari. J’ai eu la joie de participer avec elle à la mise en place du Carrefour européen de femmes franco-italien à Casale Montferrato.

Mais j’ai surtout eu le bonheur d’être son amie et d’entendre, régulièrement, (comme il y a quelques jours) au téléphone ou sur mon répondeur la gaieté de sa voix : « Ciao cherrrie, je viens d’arriver à Nice pour quelques jours. J’espère me rendre jusqu’à chez toi avec des amis italiens ».  

Je garderai d’elle ce souvenir de vie intense, cet amour extraordinaire des autres et de la vie.

Pourtant, aujourd’hui, un froid glacial s’est abattu sur cette ville de Nice qu’elle aimait tant.

Et sur mon cœur.

Une lumière s’est éteinte qui, même à distance, illuminait notre horizon.

http://www.corriere.it/notizie-ultima-ora/Politica/Milano-morta-giornalista-Isotta-Gaeta/20-12-2009/1-A_000069424.shtml

Read Full Post »