Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2009

Beaucoup de nos clients se demandent s’il vaut mieux employer des pièges alimentaires ou des pièges sexuels pour lutter contre la mouche de l’olivier.

C’est un faux problème.

Apparemment, le piège sexuel attrappe plus de dacus, dans un même temps, qu’un piège alimentaire. La raison en est simple: les phéromones ont un rayon d’action plus important que l’attractif alimentaire; un piège sexuel suffit, en général pour 30 à 50 oliviers (selon variétés et espacement) alors que l’on compte un piège alimentaire  pour 3 ou 4 arbres ou plus, quelquefois.

Cependant, il faut savoir que les pièges sexuels à phéromones n’attirent que les mâles. Ils n’empêcheront pas les mouches de vos voisins de venir pondre dans vos oliviers! Ils sont généralement préconisés par les techniciens oléicoles pour repérer les périodes de reproduction afin de traiter au bon moment avec des insecticides. Le piège sexuel, seul, ne peut en aucun cas être un moyen de lutte fiable, même si la reproduction est ainsi considérablement limitée.

Par contre, les pièges alimentaires attirent aussi bien les mâles que les femelles.

C’est pourquoi, pour une efficacité optimum de l’utilisation des pièges à glu, nous conseillons de coupler l’effet des phéromones avec celui de l’appât alimentaire, à raison de 1 piège sexuel pour 15 pièges alimentaires sur 30 oliviers. + ou – selon l’importance des vols sur l’oliveraie.

Passez commande sur: http://www.adolives.com

Read Full Post »