Feeds:
Articles
Commentaires

Nous sommes toujours là!

Pas très actif notre blog depuis 2 ans, n’est-ce pas?

Il faut vous dire qu’après une ou deux récoltes limitées, nous avons subi un gel important le 1er mars 2018. Il nous a donc fallu procéder à une grosse taille que nous avons échelonnée sur 2 ans, nos arbres ayant été fort affaiblis. Donc aucune récolte en 2019.

Nous repartons sur du bois nouveau, comptant sur une prochaine renaissance; ça nous permet de ne pas oublier qu’en matière d’oléiculture c’est l’olivier qui commande et nous ne faisons que lui obéir.

A bientôt

 

Nous vous attendons les 27 et 28 avril 2019

Pour venir déguster nos produits:

Nous n’aurons plus de médaille au concours général agricole de Paris!

Dorénavant les petits producteurs en sont exclus. Les stocks exigés au moment du prélèvement ayant été revus à la hausse. Ainsi, nous n’avons mis en saumure l’an passé que 700kg d’olives de Nice. Il en fallait plus de 800 pour pouvoir s’inscrire au concours cette année.

Je n’ai donc pu présenter celles qui me restaient et j’ai ainsi laissé la place qui me serait sans doute revenue à ceux que j’avais distancé au mois de juin dans le concours départemental de l’AOP où j’avais obtenu la médaille d’or.

Idem pour la pâte d’olive.

Éliminer les petits producteurs, qui, vu les faibles quantités qu’ils produisent, arrivent à apporter un soin tout particulier à leurs produits, c’est tirer la qualité vers le bas. Dans un département où la moyenne des surfaces oléicoles exploitées est de 5000 m2, seuls 5 ou 6 gros producteurs et surtout les moulins, pourront désormais se partager les 9 médailles dont pourrait bénéficier notre AOP.

Aussi, même si nos prochaines récoltes s’avéraient plus importantes que les dernières, nous ne chercherons plus à gagner des médailles qui ont perdu leur valeur.

Une fois de plus c’est l’industrie agro-alimentaire qui se substitue aux paysans. Espérons que les consommateurs soient de plus en plus nombreux à faire le bon choix.